Vidéo

MUSIKOTHÉ du 28 mars 2015

Warning: Illegal string offset 'filter' in /customers/a/8/a/msvarras.fr/httpd.www/worpress/wp-includes/taxonomy.php on line 1489
Share Button

Georg Friedrich HAENDEL : Heros from the shadows par Nathalie Stutzmann

La contralto Nathalie Stutzmann a réalisé un projet qui lui tenait à cœur depuis quelques années. Dans son nouvel album intitulé « Heroes from the shadow » consacré à Haendel, elle a choisi de mettre en lumière les rôles secondaires, mais pourtant essentiels à l’équilibre et à l’efficacité dramatique des opéras pour lesquels le compositeur saxon a pris soin de concevoir une écriture tout aussi méticuleuse que celle des rôles titres. Il faut saluer la pertinence du choix proposé par Nathalie Stutzmann qui nous fait découvrir de véritables perles, cachées au sein des opéras de Haendel : notamment le majestueux et désespéré « Penna tiranna » (extrait de Amadigi di gaula) avec son contrechant plaintif de hautbois et basson ou encore le duo Cornela/Sesto (Giulio Cesare) interprété avec Philippe Jaroussky. Les voix de ce dialogue mère/fils se marient à la perfection, le timbre chaud et grave de Stutzmann rendant encore plus sublime l’aigu du contre ténor

La contralto dirige en outre son ensemble Orfeo 55 qui soutient avec délicatesse les airs de ce programme et les intermèdes instrumentaux

 

BALKANES : Koesmet

Le quatuor vocal Balkanes est né de la rencontre de jeunes femmes d’horizons différents (2 Bulgares et 2 Lyonnaises) réunies par leur amour des chants traditionnels des Balkans et particulièrement cette musique polyphonique vocale et féminine si particulière qu’avait fait découvrir au grand public dans les années 90 le groupe « Les polyphonies des voix bulgares ». Pour ce nouvel album, Marie, Martine, Milena et Mina ont enregistré des reprises de traditionnels issus du répertoire de chants sacrés orthodoxes et des chansons profanes de l’ancienne Bulgarie mais aussi des créations composées dans le respect de la tradition. Les voix s’entremêlent divinement dans un mariage de douceur, de légèreté, de poésie, de mystère… Un dépaysement fascinant de toute beauté !

https://www.youtube.com/watch?v=rLRI2odW1p0

 

 

EZ3kiel : Lux

Vingt ans d’existence pour le groupe tourangeau toujours aussi inclassable. Nouvel album depuis 2008 après une série de concerts avec orchestre suivie d’une nouvelle tournée alliant fortement musique et image. Premier album aussi depuis le départ de Mathieu Fays, un des fondateurs du groupe. Avec « Lux », on replonge dans un univers particulier, étrange, sombre, mélancolique qui se situe au carrefour du trip hop, du post-rock et de l’électro. Cependant, l’originalité et le lyrisme des précédents enregistrements font un peu défaut sur un album qui semble moins inspiré mais qui offre tout de même des très beaux moments. A suivre donc !

 


VIANNEY : Idées blanches

Premier disque et gros coup de cœur pour un jeune chanteur instinctif qui se destinait plus au stylisme qu’à la chanson ! Ce disque est une jolie pépite qui révèle une écriture ciselée qui semble très spontanée, des mélodies populaires dans le sens généreux du terme. Pas de paillettes, ni de volonté d’être « in » ; pas de prise de tête non plus. Vianney est un artiste d’une fraîcheur réjouissante qu’on va suivre de près !

 

 

LES 3 FROMAGES : Matures & découvertes

Punk-rock et humour sont les deux ingrédients de base du style détonnant et énergique de ces cousins bretons des Fatals Picards. L’album est un cocktail survitaminé de titres parodiques et de satires désopilantes qui fait rudement du bien ! Certes, il faut savoir apprécier un côté potache indéniable mais certains morceaux jouent plus sur le second degré.

 

 

 

CHAPELIER FOU : Deltas

Depuis la sortie de son premier album, Chapelier fou a multiplié les rencontres et les expériences musicales (musiques de films, reportages, publicités…). Avec ce troisième opus, le Lorrain enrichit encore son univers si singulier. Définitivement inclassable, toujours à la croisée de multiples genres musicaux (de Yann Tiersen à l’electro), il creuse encore davantage le sillon du possible avec des paysages sonores sans cesse renouvelés et riches de mille détails.

 

Benjamin CLEMENTINE : At least for now

C’est un album bouleversant, très chargé en émotion que ce premier disque du jeune artiste anglais d’origine ghanéenne… Un jour, Benjamin a tout plaqué pour venir en France où il s’est retrouvé à chanter dans le métro juste pour survivre et où il a fait des rencontres qui lui ont permis de se révéler comme un artiste qui pourrait bien compter. S’appuyant sur la base classique et sobre de la formule piano-voix, le chanteur fait éclore des chansons intenses qui donnent le frisson. A écouter et à voir sur scène si l’occasion se présente…

 

CABADZI : Des angles et des épines

Bien sûr, on pense à Fauve en découvrant les textes « wordspoken » de Cabadzi scandés sur une musique répétitive. Le groupe a cependant l’antériorité ! Ce deuxième enregistrement se situe toujours entre rap, slam, chanson. La voix du narrateur porte la rage d’une écriture percutante, d’une certaine poésie aussi. Ce nouveau disque fait la part belle aux violons, violoncelles, ukulélé et cuivres qui se fondent aux guitares et aux sons électro.

 

 

Jean-Emile BIAYENDA : Tchouk-tchouk le petit train qui danse

Découvrir d’autres horizons et danser dans la bonne humeur, voilà à quoi invite cet album que l’on peut écouter dès 1 an ! Une vingtaine de titres dont 3 Noëls en français et en lingala, incite grands et petits à chanter et taper dans les mains ! Petit bonus : un livret Atelier-Récup qui permet de construire un petit train à l’aide de matériaux de récupération. Vraiment sympa !

 

THE HOMEMADE JAMZ BLUES BAND : I got blues for you

Deuxième album époustouflant pour ce trio familial, porteur des meilleurs espoirs du blues d’aujourd’hui ! Ryan (17ans), guitare et chant, Brian, (15 ans), basse, Taya (10 ans), batterie et leur père Renaud Perry (qui compose et joue ponctuellement de l’harmonica )persistent et signent un album d’un blues puissant et émotionnel. Le talent du groupe n’a pas échappé à BB King qui l’a aidé à se promouvoir en choisissant le trio pour inaugurer le BB King Blues Museum à Indianiapolis et en déclarant « Ces jeunots énergiques et talentueux ont un grand avenir devant eux. »

 

LINDIGO : Milé sèk milé

Lindigo est une formation de jeunes musiciens de la Réunion, héritiers du Sega et du Maloya, genres musicaux majeurs de l’Océan Indien. Avec « Milé sèk milé » (Je suis ce que je suis), le groupe franchit les barrières de la pure tradition, en invitant notamment le sax expérimental de Guillaume Perret, et Fixi (du groupe Java) à la réalisation. La musique de cette joyeuse troupe qui déborde d’une énergie bienfaisante est une belle invitation au voyage au cœur de l’île de La Réunion et de Madagascar

 

Vidéo

38 TEMOINS, un film de Lucas Belvaux (1h44-Belgique).

Warning: Illegal string offset 'filter' in /customers/a/8/a/msvarras.fr/httpd.www/worpress/wp-includes/taxonomy.php on line 1489
Share Button

20024468Une rue du Havre, en pleine nuit. le corps d’une jeune femme gît, ensanglanté, dans le hall d’un immeuble. Au petit matin, l’enquête commence. Coups de sonnettes des policiers. Mais personne n’a rien entendu…

Thriller glaçant et métallique. Lucas Belvaux filme le silence assassin. « Un témoin qui se tait, c’est un salaud. Trente-huit, c’est M. Tout-le-Monde. Je ne poursuivrai pas. » La phrase du  procureur est clinique. Faut-il rompre le silence lorsque que nous sommes témoins d’un crime ? A vous de voir.

Prix du Meilleur scénario au Magritte du cinéma de Bruxelles 2013.

Vous pouvez trouver ce titre à la médiathèque Verlaine

Bande annonce du film

 

Vidéo

VANDAL, un film de Hélier Cisterne (1h18-France).

Warning: Illegal string offset 'filter' in /customers/a/8/a/msvarras.fr/httpd.www/worpress/wp-includes/taxonomy.php on line 1489
Share Button

Vandale_DVD_VerlaineChérif, 15 ans, est un adolescent rebelle. En conflit avec sa mère, il est placé chez son oncle dans la région de Strasbourg. Un soir, son cousin Thomas lui fait partager sa passion secrète : l’art du graff.

La fougue de l’adolescence, la quête d’identité par le chemin du street art. Le style et le talent de ce nouveau cinéaste éclatent au détour de chaque plan. Scénario au romantisme noir certain, fulgurance lyrique, révélation d’acteurs stupéfiante (Exceptionnel Zinédine Benchenine). Remarquable travail sur les cadrages, la lumière et les prises de vue. La signature de ce film emporte tout. Vandal est une découverte essentielle.

Prix Louis Delluc 2013.
Coup de cœur DVD de la médiathèque 2014.

 

 

 

 

Continuer la lecture

Vidéo

[A LA BIB JV] – Smash It (Android / IOS)

Warning: Illegal string offset 'filter' in /customers/a/8/a/msvarras.fr/httpd.www/worpress/wp-includes/taxonomy.php on line 1489
Share Button
A peine le jeu lancé et le mot Mediocre apparaît à l’écran….
Mauvais présage… !!!
Mince ça commence mal 🙁
Non rassurez vous ! L’application dont je vais vous parler aujourd’hui n’a rien de médiocre, c’est juste l’éditeur du logiciel qui porte ce nom.Bon allez trêve de plaisanterie et plongeons nous dans le cœur du sujet.Le jeu que je vous présente aujourd’hui est un jeu assez original, Smash It.Comme une vidéo vaut mieux qu’un long discours je vous laisse découvrir le trailer officiel du jeu qui vous expliquera dans les grandes lignes son concept…

Le trailer officiel du jeu

Dans ce jeu, rien de bien compliqué. Il suffit de progresser dans un décor dans lequel des obstacles surgissent. Pour les détruire vous avez un nombre initial de billes en acier que vous pourrez augmenter en cassant les formes géométriques bleues.Ce jeu vous demandera dextérité, adresse, concentration. Rien de bien compliqué en somme ;)Une version payante est déblocable dans le jeu et vous permet de ne pas recommencer au début de la partie et débloque des modes de jeu inédits mais pour le moment je me suis limité à la version gratuite.Le jeu est disponible sur IOS et Android.Voici les liens ci-dessous:
Smash Hit - Android Apps on Google Play
Take a surreal journey through an otherworldly dimension, move in harmony with sound and music and smash everything in your path! This experience requires focus, conce…

Version Android

et vous vous êtes arrivés à quel niveau ?

Venez tester cette application à la médiathèque le mercredi après-midi entre 16h et 18h15 à l’espace numérique de la Médiathèque Saint-Vaast.

Vidéo

[CD’POKE – Verlaine] – TREMORS, un disque de Sohn.

Warning: Illegal string offset 'filter' in /customers/a/8/a/msvarras.fr/httpd.www/worpress/wp-includes/taxonomy.php on line 1489
Share Button
Photo : TREMORS, un disque de Sohn.</p><br />
<p>Voilà un disque d'une étonnante créativité. Ambiance nocturne et mystérieuse. Le britannique est un oiseau de nuit. Composé à des heures tardives, l'album décuple des sonorités sombres électro-pop contrebalancées par la voix resplendissante soul de Sohn. Mais la force du disque réside dans les compositions. L'artiste ose les harmonies vocales mixées sur des synthés, administre une dose de piano croisée sur une rythmique électro, privilégie à souhait les climats plutôt que les beats répétitifs. Extraordinaire, poétique et puissant.

Voilà un disque d’une étonnante créativité. Ambiance nocturne et mystérieuse. Le britannique est un oiseau de nuit. Composé à des heures tardives, l’album décuple des sonorités sombres électro-pop contrebalancées par la voix resplendissante soul de Sohn. Mais la force du disque réside dans les compositions. L’artiste ose les harmonies vocales mixées sur des synthés, administre une dose de piano croisée sur une rythmique électro, privilégie à souhait les climats plutôt que les beats répétitifs. Extraordinaire, poétique et puissant.

 

Vidéo

JE NE SUIS PAS MORT, un film de Mehdi Ben Attia (1h40-France).

Warning: Illegal string offset 'filter' in /customers/a/8/a/msvarras.fr/httpd.www/worpress/wp-includes/taxonomy.php on line 1489
Share Button
JE NE SUIS PAS MORT, un film de Mehdi Ben Attia (1h40-France).

Yacine, jeune étudiant brillant en sciences politiques, obtient un stage à l’Elysée grâce à son professeur de philosophie, Richard. Mais ce dernier meurt subitement. Pourtant Yacine assure à la famille du défunt qu’il est Richard…

Film d’une étrangeté surprenante. Coup de force fantastique.Mehdi Ben Attia explore les troubles de l’identité, joue sur les ambiguïtés et amène le spectateur à s’interroger sur le rapport au père, l’ascension sociale, l’ambition et les valeurs de la transmission. Ce film est d’une intelligente curiosité.

Grand Prix, Festival Premiers Plans d’Angers 2013.

Coup de coeur de la médiathèque 2014.

Vidéo

QU’UN SEUL TIENNE ET LES AUTRES SUIVRONT, un film de Léa Fehner (1h55-France).

Warning: Illegal string offset 'filter' in /customers/a/8/a/msvarras.fr/httpd.www/worpress/wp-includes/taxonomy.php on line 1489
Share Button
Photo : QU'UN SEUL TIENNE ET LES AUTRES SUIVRONT, un film de Léa Fehner (1h55-France). </p><br />
<p>Stéphane, Zohra et Laure. Ils n'ont rien en commun et ne se connaissent pas. Pourtant, le destin va les réunir dans la prison de Fleury-Mérogis...</p><br />
<p>Révélation d'un premier film puissant et fiévreux, conjuguée à la force d'un acteur surdoué : Réda Kateb.</p><br />
<p>Prix Michel d'Ornano au Festival international de Deauville 2009.</p><br />
<p>Prix Louis-Delluc du Meilleur premier film 2010.
Stéphane, Zohra et Laure. Ils n’ont rien en commun et ne se connaissent pas. Pourtant, le destin va les réunir dans la prison de Fleury-Mérogis…Révélation d’un premier film puissant et fiévreux, conjuguée à la force d’un acteur surdoué : Réda Kateb.Prix Michel d’Ornano au Festival international de Deauville 2009.

Prix Louis-Delluc du Meilleur premier film 2010.

 

Vidéo

[CASES EN STOCK] : Deadline / Scénario Laurent-Frédéric Bollée, dessin Christian

Warning: Illegal string offset 'filter' in /customers/a/8/a/msvarras.fr/httpd.www/worpress/wp-includes/taxonomy.php on line 1489
Share Button

[CASES EN STOCK] : Deadline / Scénario Laurent-Frédéric Bollée, dessin Christian

Deadline raconte l’histoire tragique de Louis Paugham, enfant recueilli en 1853 par le journaliste itinérant Philip Paugham, qui prône l’abolition de l’esclavage. L’homme vient d’assister impuissant au massacre des parents du jeune garçon par une bande d’esclaves noirs en fuite. Tiraillé entre ce père adoptif abolitionniste et le drame vécu par les siens, Louis finit par être enrôlé sous le drapeau confédéré, chargé de surveiller les soldats de l’Union retenus prisonniers dans le sinistre camp d’Andersonville en Géorgie. Parmi ces derniers, un grand Noir, tête haute, trouble particulièrement Louis au point de lui vouer un amour éternel. La découverte du corps sans vie, torturé, de ce jeune Noir marque à jamais l’esprit de Louis qui consacrera sa vie à venger celui dont il ignore même le nom…

Avec un scénario en béton qui vous prend aux tripes et un dessin somptueux, Deadline est un one-shot élégant et émouvant qui nous plonge dans les réalités sordides de la Guerre de Sécession.
A lire absolument !

Vidéo

[& Pat’ Emoi] – Violette : Un hommage, une rencontre, un film

Warning: Illegal string offset 'filter' in /customers/a/8/a/msvarras.fr/httpd.www/worpress/wp-includes/taxonomy.php on line 1489
Share Button

Violette : Un hommage, une rencontre, un film

    Un hommage:

Violette Leduc nait à Arras le 7 avril 1907. Lorsque sa famille déménage pour la capitale, la jeune femme est embauchée aux éditions Plon, et découvre ainsi la sphère littéraire parisienne. Encouragée par son ami Maurice Sachs, Violette se lance dans l’écriture avec l’Asphyxie. Ce premier roman autobiographique est publié aux éditions Gallimard en 1946, grâce à Simone de Beauvoir. Le succès n’est pas au rendez-vous. Violette ne cesse de puiser l’encre de sa plume dans les meurtrissures de son existence. Mais Il lui faut attendre l’automne 1964, pour passer d’une totale obscurité à une grande notoriété avec une autobiographieLa Bâtarde.

L’oeuvre lyrique, exaltée et poétique de Violette Leduc imprègne la vie de René de Ceccatty, lui-même écrivain et auteur dramatique. Il lui dédie d’ailleurs un hommage publié en 1994 aux éditions StockViolette Leduc : Eloge de la Bâtarde.

Vingt ans après la mort de Violette Leduc (1907-1972), j’écrivais, pour la collection que dirigeaient J-M-G Le Clézio et sa femme Jemia, et qu’animait Philippe Rey, un hommage à cet écrivain dont la découverte a été déterminante pour moi. Le principe de cette collection éphémère était de proposer un texte qui soit à la fois un portrait et une confidence intime. Il ne s’agit donc pas d’une biographie, mais du récit très personnel de mon rapport avec l’œuvre de Violette Leduc. J’y raconte l’influence qu’elle exerça sur ma vie personnelle et ma vie de lecteur et d’écrivain. J’y analyse ses livres, en les comparant à d’autres œuvres qui ont également compté pour moi (Marguerite Duras, Jean Genet, Tony Duvert, Julien Green, Pasolini entre autres).

http://livre.fnac.com/a6174843/Rene-de-Ceccatty-Violette-Leduc-eloge-de-la-batarde

Une rencontre:

Alors qu’il scénarise le film Séraphine, Martin Provost rencontre René de Ceccatty.L’Eloge de la Bâtarde passe de mains en mains. Le réalisateur, fervent admirateur des femmes visionnaires d’une autre époque, est immédiatement tombé sous le charme de l’écrivain : « Pour moi, Séraphine et Violette sont sœurs. Leurs histoires sont si proches, c’est troublant ».

René de Ceccatty se souvient:

Lorsque Martin Provost préparait son film Séraphine, je fis sa rencontre et lui appris que Violette Leduc était une grande admiratrice de cette artiste autodidacte et mystique. Martin se mit à lire Violette Leduc et, complètement conquis par son talent et sa personnalité, il décida de lui consacrer un film, en me demandant mon aide pour l’écriture du scénario, avec son ami Marc Abdelnour.
Ce film que j’ai co-écrit évoque donc la vie de Violette entre 1942 et 1958, c’est-à-dire entre le moment où elle écrit son premier livre et celui où elle commence la rédaction de La Bâtarde et va donc connaître le succès.

http://livre.fnac.com/a6174843/Rene-de-Ceccatty-Violette-Leduc-eloge-de-la-batarde

Un film:

Comme la quasi-totalité de l’oeuvre de Violette Leduc s’est construite à partir des évènements marquants de sa vie, le film est fractionné en chapitres, tel un livre. Martin Provost tenait à cette transcription symbolique du rapport de l’auteure à l’écrit.

 

Violette : Un hommage, une rencontre, un film

A l’occasion de la sortie du film, le livre de René de Ceccatty est réédité aux éditions Stock. L’édition de 1994 est consultable au service Patrimoine écrit et histoire locale de la Médiathèque de l’Abbaye Saint-Vaast (B.M. Arras, B 23323), comme la plupart des romans de l’auteure arrageoise, Violette Leduc.

Vidéo

[CASES EN STOCK] – Come prima/Alfred

Warning: Illegal string offset 'filter' in /customers/a/8/a/msvarras.fr/httpd.www/worpress/wp-includes/taxonomy.php on line 1489
Share Button

[CASES EN STOCK] - Come prima/Alfred

Juillet 1958. Dix ans que Fabio n’avait pas revu son frère Giovanni. Et voilà qu’il est là, devant lui, avec dans les mains l’urne funéraire contenant les cendres de leur père. Si le cadet est venu chercher son aîné jusqu’en France, c’est pour lui proposer de faire ensemble le dernier voyage de leur paternel vers l’Italie. Si dans un premier temps Fabio refuse, les circonstances le font rapidement changer d’avis, ne serait-ce que pour récupérer sa part d’héritage…

Ainsi commence « Come prima », road movie intense et touchant. Au fil du trajet, de coups de gueule en fous rires, les deux frères réapprendront à se connaître. Et nous découvrirons par bribes, ce qui les unissait par le passé et les événements qui les ont séparés.

Alors, prenez la route avec ces deux là, invitez-vous au voyage, vous ne le regretterez pas !