Le monument tel qu'il fut découvert au matin du 20 avril 1976 (Médiathèque d'Arras, cliché Voix du Nord).
En passant

[Il y a quarante ans à Arras…] : 20 avril 1976 : Les Rosati ont perdu la tête !

Share Button

A l’occasion de son déménagement, l’agence d’Arras du quotidien « La Voix du Nord » a cédé en 2015 ses archives photographiques à la Médiathèque d’Arras. Le service Patrimoine dispose ainsi de plusieurs milliers de négatifs, formats 6×6 et 24×36, couvrant la période 1976-2004.

A l’aide de ces documents, et du fonds photographique des archives communales de la ville d’Arras et de la Médiathèque, nous inaugurons en ce mois d’avril 2016, une nouvelle rubrique intitulée « Il y a quarante ans à Arras… ». Une à deux fois par mois, nous évoquerons à quarante ans de distance, les évènements qui, petits ou grands, ont rythmé la vie d’Arras et de son agglomération.

Ce jour-là, les employés municipaux chargés de l’entretien des jardins du Gouverneur, près de la citadelle, on la surprise de découvrir que les deux statues ornant le monument aux Rosati ont été décapitées.

Le monument tel qu'il fut découvert au matin du 20 avril 1976 (Médiathèque d'Arras, cliché Voix du Nord).

Le monument tel qu’il fut découvert au matin du 20 avril 1976 (Médiathèque d’Arras, cliché Voix du Nord).

 

Les têtes manquantes sont rapidement retrouvées… au fond du bassin du parc, curé pour l’occasion.

« Serait-on encore anti-Robespierriste à Arras ? » s’interroge le journaliste de la Voix du Nord qui fait remarquer qu’un des personnages décapité porte un costume du XVIIIe siècle, et que le célèbre révolutionnaire était membre des Rosati alors qu’il n’était encore qu’un avocat du barreau d’Arras. Il conclut toutefois à un vandalisme gratuit.

Ce monument qui rend hommage aux membres de la société littéraire artésienne a été érigé en 1928 pour célébrer son cent cinquantième anniversaire. On le doit au sculpteur parisien Augustin Lesieux. Les deux statues évoquent le Rosati de 1778 et celui de 1928, devant un bas-relief représentant des jeunes femmes encadrées de roses. Une pergola, placé derrière le monument préfigurait un théâtre de verdure qui ne fut jamais réalisé.

Le monument et sa pergola photographiés durant l'entre-deux guerres dans le jardin du gouverneur (Médiathèque d'Arras).

Le monument et sa pergola photographiés durant l’entre-deux guerres dans le jardin du gouverneur (Médiathèque d’Arras).

Le monument aux Rosati, démonté pour restauration en 1997 par les élèves de l’école des Beaux-arts d’Arras, est inauguré le 11 juin de l’année suivante dans le jardin de l’Hôtel de Ville, place de La Vacquerie.

Le monument à son emplacement actuel dans le jardin de l’Hôtel de Ville (Médiathèque d'Arras).

Le monument à son emplacement actuel dans le jardin de l’Hôtel de Ville (Médiathèque d’Arras).

 

le papillon et le livre qui le contenait
En passant

Quand les livres appellent à résister : des papillons contre l’oppression.

Share Button
le papillon et le livre qui le contenait

le papillon et le livre qui le contenait

 

Un document vient par hasard d’être remis au jour, après plus de soixante dix ans de sommeil au sein d’un ouvrage du service Patrimoine de la Médiathèque d’Arras.

Il s’agit d’un « papillon », mot désignant un petit texte sur papier volant inséré dans une publication, rédigé durant l’occupation allemande de la Seconde Guerre mondiale.

L’auteur, peut-être un jeune arrageois a, entre 1942 et 1944, glissé dans un livre de la bibliothèque municipale d’Arras, consacré à Saint-Vaast écrit par l’abbé Guilbert (Arras, 1928), ce « papillon » rédigé de sa main, invitant les ouvriers français à ne pas aller travailler en Allemagne.

 

affiche de propagande en faveur de la Relève

 

Depuis 1942, le régime nazi a besoin de personnels pour faire tourner ses usines d’armement, puisque la main d’œuvre allemande sous l’uniforme est engagée sur plusieurs fronts. En juin, à la demande de l’occupant, le régime de Vichy met en place le service de la Relève : pour trois ouvriers français partant volontairement, un prisonnier de guerre sera libéré. Mais peu de gens se laissent convaincre et la Relève est un échec. En 1943 lui succède le Service du Travail Obligatoire, le STO, obligeant les jeunes français nés entre 1920 et 1922 à partir travailler en Allemagne. Les jeunes français sans certificat de travail, après convocation et visite médicale, sont envoyés en Allemagne dans des camps de « triage » où les employeurs viennent les choisir. La perspective de travailler pour l’effort de guerre nazi, jusqu’à 72 heures par semaine et pour des saliares dérisoires, va conduire de nombreux jeunes français à devenir réfractaires et à grossir les rangs du Maquis. Au total, le STO aura tout de même livré 650000 travailleurs à l’Allemagne.

 

 

 

 

recto

verso

C’est ce système de travail forcé que dénonce le tract de cet arrageois qui se revendique de l’ICJ ou IJC, l’Internationale des Jeunes Communistes. Il dénonce le fait que partir travailler chez l’occupant « libère » un allemand qui peut alors combattre et renforcer la machine de guerre nazie.

 

 

 

 

Quel a été le sort de l’auteur de ces lignes, nul ne le sait, mais ce « papillon » demeure un témoignage émouvant d’une des périodes les plus difficiles de notre histoire et peut, à ce titre figurer parmi les documents patrimoniaux de la Médiathèque.

5341387b3acdd_pearltrees[1]
En passant

[Au fil de la toile] – Pearltrees

Share Button

5341387b3acdd_pearltrees[1]Vous avez l’habitude de surfer sur le net et au fil de vos découvertes il y a des sites ou plutôt leurs adresses que vous aimeriez conserver!

Vous avez bien tenté le petit carnet prés de votre ordinateur mais malheureusement certaines adresses vous apparaissent incompréhensibles et beaucoup trop longues à noter!

Vous avez donc utiliser les signets de votre navigateur mais vous trouvez qu’il est dommage de ne pas pouvoir partager certaines de vos trouvailles avec d’autres personnes!

 

C’est là que Pearltrees va alors vous rendre service!!!!

 

Tout d’abord, comme pour tout service, il va falloir vous créer un compte soit à l’aide de votre adresse mail, soit par le biais des réseaux sociaux que sont Facebook, Twitter ou Google!

Ensuite, vous allez pouvoir créer votre pearltrees et surtout agencer toutes vos découvertes sous forme de dossiers afin de pouvoir mieux retrouver ce site  qui donnait une recette de cuisine tellement alléchante!!!!

Mais, cerise sur le gâteau, vous pourrez aussi découvrir des pearltrees sur le même thème que vous et les “prendre” afin de suivre leurs modifications. C’est grâce à cela que vous explorerez de nouvelles collections proches de vos intérêts et collaborer avec d’autres passionnés!

Vous pourrez alors constituer une équipe! Celle-ci vous permettra d’avoir un groupe de contributeurs  organisant ensemble une collection sur un intérêt commun.

Par défaut, votre pearltrees sera visible par tous en version gratuite. Vous avez cependant la possibilité de rendre certaines de vos collections privées en devenant membre premium.

 

Et si cela vous intéresse, vous pouvez suivre notre Pearltrees à cette adresse:
Peartrees du Réseau des bibliothèques de la ville d’Arras

Petite vidéo de Pearltrees sur leur chaîne Youtube!!!!