ob_20f4d95ef71863fb508f4a274ba4f2b0_1376607-jpg[1]
Image

[La bib vous guide] – Mon doudou divin » de Katarina Mazetti, éd. Gaïa, 2012.

Share Button

Mon doudou divin" de Katarina Mazetti, éd. Gaïa, 2012.

Pigiste pour la presse féminine, Wera cherche une idée de reportage. Elle tombe sur une petite annonce proposant un stage en spiritualité. Un sujet en or ! C’est parti pour trois semaines d’immersion à La Béatitude, en compagnie d’un apprenti gourou, d’une « petite mère », et de quatre autres « stagiaires ». Chacun arrive avec ses propres bagages religieux, mélanges de diverses croyances, rituels, grigris,…pour le moins assez loufoques. Certains participants sont vraiment en souffrance et cherchent une sorte de rédemption. On a tous quelque chose à se faire pardonner, pas vrai ?

Sur le ton de l’humour, l’auteur explore ce besoin de spiritualité de notre époque, besoin qui se mêle à nos petits intérêts égoïstes pour donner des résultats parfois curieux. Les stagiaires de La Béatitude en ressortiront-ils adeptes d’une nouvelle religion ou délestés de leurs préjugés ? Car tous sont en quête de sacré. N’avons-nous pas tous besoin d’un doudou divin à dorloter ?

 


Les Boréales 2012 : l’écrivain Katarina Mazetti… par france3bassenormandie_845

Ce livre de K. Mazetti se trouve dans les nouveautés-romans à la cote R MAZ. Vous pouvez aussi trouver dans les romans à la même cote d’autres titres de cet auteur : « Les larmes de Tarzan » ; « Le mec de la tombe d’à côté » ; « Le caveau de famille ».

Bonnes lectures !

ob_e9f835312d4f6045ca671d36fe7cd67c_9782221115701-jpg[1]

[La bib vous guide] – Paula Spencer / Roddy Doyle

Share Button

Quatrième de couverture :Paula Spencer / Roddy Doyle

À Dublin, le boom économique des années 2000 efface peu à peu les traces de la pauvreté. Dans sa petite maison, où vivent encore ses deux enfants, Leanne et Jack, Paula livre sa guerre personnelle à son propre passé. Elle vient de fêter ses quarante-huit ans et a décidé que ça suffisait ; elle ne laisserait plus l’alcool détruire sa vie. Depuis quatre mois et cinq jours – précisément -, elle ruse avec ce tueur à la fois séduisant et repoussant. Déployant mille stratégies pour l’abattre, elle mène une guérilla de tous les instants. Fascinés par son courage, enchantés par son piquant, nous partons avec elle à la reconquête du bonheur.

D’un sujet difficile, Roddy Doyle tire un roman d’une pétulance revigorante. Usant de cet humour décalé déjà à l’oeuvre dans la «trilogie de Barrytown», il crée avec Paula Spencer un personnage inoubliable, symbole d’une Irlande surmontant lentement les traumatismes de son histoire.

La bib nous guide :

Dans sa petite maison de Dublin, où elle vit avec ses deux adolescents, Paula Spencer livre un combat de tous les instants : contre l’alcool, la pauvreté, un passé malheureux. Pourtant, loin de tout misérabilisme, dans ce livre plein d’humour et de tendresse, Paula nous enchante par son énergie, sa façon de ne jamais baisser les bras, de faire toujours au mieux partout où elle se trouve.
C’est un très beau portrait de femme s’appuyant sur les petits bonheurs quotidiens, ne comptant que sur elle-même. Comme son pays en pleine mutation, l’Irlande, Paula affronte son passé douloureux pour se reconstruire peu à peu.

Sylvie

Au cinéma mais pas que !!!!

Share Button

Le cinéma vous propose ces jours-ci des adaptations de romans : Thérèse Desqueyroux, Anna Karenine, Les Hauts-de-Hurlevent, L’odyssée de Pi. Profitez de l’occasion pour les relire ou les découvrir.

*Thérèse DesqueyrAu cinéma mais pas que !!!!oux de François Mauriac :

Pour éviter le scandale et protéger les intérêts de sa fille, Bernard Desqueyroux, que sa femme a tenté d’empoisonner, témoigne de telle sorte qu’elle bénéficie d’un non-lieu. Enfermée dans sa chambre, Thérèse tombe dans une telle prostration que son mari ne sait plus quelle décision prendre. Doit-il lui rendre sa liberté ? Un fascinant portrait de criminelle, un roman envoûtant.

Ce livre est présent à la Médiathèque
de l'abbaye Saint Vaast en Section adulte
au 1er étage dans la salle de documentation scolaire
sous la cote 800 MAU

*

Au cinéma mais pas que !!!!

Anna Karenine de Léon Tolstoï :

« Chaque fois que Vronski lui adressait la parole, un éclair passait dans les yeux d’Anna, un sourire entrouvrait ses lèvres. Et si désireuse qu’elle parut de la refouler, son allégresse éclatait en signes manifestes. Et lui ? pensa Kitty. Elle le regarda et fut épouvantée, car le visag

e de Vronski reflétait comme un miroir l’exaltation qu’elle venait de lire sur celui d’Anna ». Une histoire d’amour superbe et tragique.

Au cinéma mais pas que !!!!

*Les Hauts-de-Hurlevent d’Emily Brontë :

Une famille vivait heureuse sur des terres balayées par les vents du nord. M. Earnshaw avait adopté et aimé le jeune Heathcliff. Mais ses enfants l’ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, il prépare une vengeance diabolique, s’appropriant la fortune de la famille. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu’à ce que la fille de Catherine aime à son tour un être misérable et fruste.

Au cinéma mais pas que !!!!

*L’histoire de Pi de Yann Martel (au ciné, l’odyssée de Pi) :

Le héros, « Pi » Patel, un jeune indien de Pondichéry, est le seul survivant d’un naufrage, et va traverser l’océan Pacifique dans un canot de sauvetage, pendant 227 jours, en compagnie d’un tigre du Bengale. Il explore donc dès l’enfance les questions sur la spiritualité et le sens pratique. Roman récompensé par de nombreux prix littéraires.

Ce livre est disponible à la Médiathèque de l'abbaye Saint Vaast
dans la Section adulte au 1er étage dans la salle principale
sous la cote R MAR
ob_97d7d59367dd1bfba0b474658595e5cb_74443591-gif

[La bib vous guide] – Les sacrifiés – Juliette Morillot

Share Button

 

Quatrième de couvertureLes sacrifiés - Juliette Morillot

Une mère en apparence parfaite, deux filles, un mari, un amant. Cinq vies marquées par le mensonge, la trahison, le meurtre.

États-Unis, août 1954. Un vieil homme se fait renverser par une voiture, mortellement blessé. Refusant la thèse de l’accident, ses deux filles se penchent sur le passé trouble de leur mère, Ethel Proudlock, une Anglaise de Malaisie britannique accusée autrefois du meurtre de son amant et condamnée à mort, avant d’être graciée par le sultan de Selangor. Cette quête vertigineuse de la vérité nous emmène des coulisses de la bonne société coloniale de l’empire des Indes à la côte Est des États-Unis dans les années cinquante. Se basant sur l’«affaire Proudlock», un fait-divers qui a défrayé la chronique en 1911 et inspiré Somerset Maugham, qui écrivit alors sa célèbre nouvelle La Lettre, l’auteur met à nu avec une modernité implacable les rouages de la manipulation féminine.

De non-dits en révélations effroyables, les personnages vont sombrer dans la folie et le lecteur, tour à tour séduit et trompé, comprendra dans un ultime rebondissement qu’il a été lui aussi pris dans les rets vénéneux d’Ethel, une femme amoureuse sublime dans toute sa splendeur et sa cruauté.

La bib vous guide :

Au début du XXe siècle,dans la société coloniale de la Malaisie britannique. Une anglaise est accusée du meurtre de son amant, et condamnée à mort. Graciée par le sultan local, elle peut rentrer libre en Europe et, plus tard, refaire sa vie aux Etats-Unis.

Dans les années 50, son mari décède, renversé par une voiture dans des circonstances troublantes. Retrouvant des papiers, ses deux filles se penchent sur le passé mystérieux de leur mère. A-t-elle une quelconque responsabilité dans ces deux morts ?
S’inspirant d’un fait divers réel, Juliette Morillot traite du mensonge, de la manipulation, de la trahison. De non-dits en révélations, nous restons happés jusqu’au bout par cette histoire époustouflante. Vertigineux et parfaitement maitrisé !

Sylvie

[La bib vous guide] – Le retour de Silas Jones / Tom Franklin

Share Button
Le retour de Silas Jones / Tom Franklin

Silas Jones, orphelin de père, vit avec sa mère dans des conditions difficiles. Il aime à passer du temps dans les bois et à s’entraîner au base-ball. Il aurait bien envie de jouer avec Larry Ott, qui a l’air bien sympa, mais Larry est blanc, et pour l’enfant noir qu’il est, dans le Mississippi des années 1970, un tel rapprochement n’est pas permis.

Quelques décennies plus tard, une adolescente disparaît et les deux hommes vont de nouveau être amenés à se croiser. Silas est devenu constable, tandis que Larry, accusé de la disparition d’une jeune fille mais non condamné – faute de preuves suffisantes – essaie tant bien que mal de rester debout face au harcèlement permanent d’une partie des habitants, qui font de lui le coupable tout désigné de cette nouvelle affaire du fait de son passé obscur.

Sylvie vous le recommande :

Vingt ans après les événements, Silas Jones revient sur les lieux de son enfance, marqués par la disparition mystérieuse d’une jeune fille. A l’époque, son meilleur ami, Larry, a été suspecté mais l’affaire n’a jamais été résolue. L’amitié entre Silas le noir et Larry le blanc, déjà mal vue de beaucoup d’habitants, n’a pas résisté à cette tragédie et au départ de Silas pour l’université.
Un nouveau meurtre les oblige à se côtoyer à nouveau. Larry est-il l’auteur des deux meurtres commis à vingt ans d’intervalle ? Silas, devenu policier, peut-il aider son ami ?
L’atmosphère est pesante dans ce roman construit sur des retours en arrière plongeant dans le passé des deux hommes. Nous sommes dans le sud rural, encore très marqué par le poids du passé ségrégationniste et ses vieux démons. Une histoire intense et captivante.

Sylvie