alexmiller_autumnlain[1]

Autumn Laing / Alex Miller. – Phébus

Share Button

Alex Miller _ Autumn LainA la lecture du roman, Gabrielle Ballard, surnommée Autumn par son oncle, est une vieille femme de 85 ans qui nous ouvre son coeur. Elle nous raconte la passion amoureuse qu’elle a vécu avec un jeune artiste alors inconnu.

A l’époque de leur rencontre, Autumn est mariée à Arthur. Ensemble ils unissent solitude et dégoût de leur famille bien pensante pour fonder une famille… sans enfant (Autumn est stérile) et s’entourent d’artistes en devenir.

Patrick Donlon fait sensation dans ce cercle : il ne parle pas d’art, n’a aucune culture artistique et ne s’explique pas pourquoi -ou pour quoi- il est artiste : l’art, ça se fait, ça ne s’explique pas !

Ces deux êtres que tout oppose (l’âge, la culture, l’origine sociale…) vont être aspirés par l’irrépressible spirale de la passion.

Par des incursions dans son passé, Autumn nous livre la vérité -sa vérité- sur cette passion dévorante et destructrice.

Alors tournez la page car “C’est ici que tout a commencé il y a cinquante trois ans”.

ob_8d74ed27713ba099b4cb854fc5e70648_journalcorps-jpg[1]

[ PASSE A TON VOISIN] — Journal d’un corps – Daniel Pennac

Share Button

ob_8d74ed27713ba099b4cb854fc5e70648_journalcorps-jpgQuatrième de couverture

Mercredi 18 novembre 1936 Je veux écrire le journal de mon corps parce que tout le monde parle d’autre chose. (13 ans, 1 mois, 8 jours)

Jeudi 10 janvier 1974 Si je devais rendre ce journal public, je le destinerais d’abord aux femmes. En retour, j’aimerais lire le journal qu’une femme aurait tenu de son corps. Histoire de lever un coin du mystère. En quoi consiste le mystère ? En ceci par exemple qu’un homme ignore tout de ce que ressent une femme quant au volume et au poids de ses seins, et que les femmes ne savent rien de ce que ressentent les hommes quant à l’encombrement de leur sexe. (50 ans et 3 mois)

Lundi 26 juillet 2010 Nous sommes jusqu’au bout l’enfant de notre corps. Un enfant déconcerté. (86 ans, 9 mois, 16 jours)

De 13 à 87 ans, âge de sa mort, le narrateur a tenu le journal de son corps. Nous qui nous sentons parfois si seuls dans le nôtre nous découvrons peu à peu que ce jardin secret est un territoire commun. Tout ce que nous taisions est là, noir sur blanc, et ce qui nous faisait si peur devient souvent matière à rire.
Ce que nos lecteurs disent de ce roman

Sublime époustouflant

on attend ce même roman écrit par une femme