ob_5f0984_9791090566118-cg[1]

[Cases en Stock] – La vie sans mode d’emploi : putain d’années 80

Share Button

[Cases en Stock] - La vie sans mode d'emploi : putain d'années 80
La Vie sans mode d'emploi : putain d'années 80 
scénario Désirée Frappier,
 dessin Alain Frappier



10 mai 1981, François Mitterrand remporte les élections présidentielles. Persuadée que tout va changer, Désirée, jeune fille créatrice de costumes pour la scène rock française, décide de monter sa propre entreprise. Mais la politique de rigueur mise en place par la Gauche dès 1983 va vite la faire déchanter et la ramener à la réalité.
Bien plus que le récit d’un parcours personnel, cet album est surtout un regard très aiguisé sur la société française de cette décennie faite de mutations et de déceptions. C’est une formidable leçon d’histoire qui nous plonge dans les événements marquants de ces années 80 : l’affaire Grégory, l’arrivée du sida, la montée du Front national, la création des restos du cœur, la catastrophe de Tchernobyl…

Un roman graphique très réussi à lire absolument !

Les pieds-noirs à la mer

[CASES EN STOCK] – Les Pieds-Noirs à la mer / Fred Neidhardt

Share Button

[CASES EN STOCK] - Les Pieds-Noirs à la mer / Fred Neidhardt

Le Jeune Daniel fuit une querelle parentale pour trouver refuge chez ses grands-parents à Marseille. Pieds-Noirs tous les deux, son grand-père antisémite a épousé une Juive, sa grand-mère séfarade qui déteste les Algériens tout en parlant arabe depuis toujours tandis que le cousin Stéphane « ne fait plus partie de la famille » depuis qu’il désire épouser une Kabyle. Daniel, partagé entre l’amour pour sa famille et un discours de haine qu’il réprouve, va tenter de comprendre et de réconcilier cette famille éclatée. Mais autant le dire tout de suite la partie est loin d’être gagnée.

En 1962, un million de Pieds-Noirs quittent l’Algérie pour une France qui ne les reçoit pas les bras ouverts. L’auteur installe son récit dans les années 80 où, entre Juifs, Pieds-Noirs, Arabes et Français, les tensions exacerbées par les souffrances ainsi que les humiliations subies restent palpables et la violence verbale permanente…
La réussite de cet album est de parvenir, en confrontant des discours apparemment figés, à révéler clairement toute l’absurdité de l’incompréhension mutuelle.

Percutant et drôle à la fois, sans poncifs ni bons sentiments, à lire absolument !

ob_bdaaf3_album-cover-large-20528[1]
Image

[CASES EN STOCK] : Le Chien qui louche / Etienne Davodeau

Share Button

[CASES EN STOCK] : Le Chien qui louche / Etienne Davodeau

 

Fabien est agent de surveillance au Louvre. Il est amoureux de Mathilde mais appréhende un peu la rencontre avec sa « belle-famille » réputée un peu rustre, faisant montre d’un humour peu subtil. Mais ce qu’il n’avait pas prévu, c’est que le clan Benion compte parmi ses aïeuls un obscur peintre du dimanche au talent limité, dont la seule « oeuvre » est une croûte représentant un chien qui louche. Problème : convaincus de la grande influence de Fabien sur les instances du célèbre musée, les Benion se sont mis en tête d’exposer la toile au Louvre !

Etienne Davodeau signe ici un des meilleurs albums de la série coéditée par Futuropolis et le Louvre éditions. Avec cette comédie jouissive où se croisent des personnages truculents, l’auteur aborde une question essentielle de l’histoire de l’art : quelles raisons font qu’une oeuvre mérite ou non son entrée au musée ?

Album savoureux et drôle qui ne manquera pas de vous réjouir !

Couv_194295[1]

[CASES EN STOCK] – Ma révérence

Share Button

[CASES EN STOCK] | Ma révérence
Scénario : Wilfrid Lupano,

Dessin : Rodguen

Vincent est un trentenaire un peu paumé qui semble traîner depuis toujours sa carcasse dans sa banlieue morose. Avec son ami Gaby, un rockeur déconcertant, il va échafauder le projet d’un braquage « humanitaire », c’est à dire sans violence et où une partie du butin sera redonnée aux bonnes œuvres tandis que l’autre lui permettra de rejoindre son amoureuse et son fils vivant en Afrique. Bien évidemment, tout ne se passera pas comme prévu pour ce Robin des bois des temps modernes…

Cette trame ne fait pas pour autant de « Ma révérence » un polar au sens strict du terme. Car le propos de Lupano est bien plus profond. Tragi-comédie, romance, chronique sociale, roman initiatique, cet album est tout cela à la fois. Un mélange riche qui se révèle original, trépidant et profondément humain.

Du bel ouvrage, à découvrir absolument pour le magnifique bouquet d’émotions qu’il nous offre !

ob_c39b01cc7b9f169e396602c5c19afffe_1-deadline-pl05[1]
Vidéo

[CASES EN STOCK] : Deadline / Scénario Laurent-Frédéric Bollée, dessin Christian

Share Button

[CASES EN STOCK] : Deadline / Scénario Laurent-Frédéric Bollée, dessin Christian

Deadline raconte l’histoire tragique de Louis Paugham, enfant recueilli en 1853 par le journaliste itinérant Philip Paugham, qui prône l’abolition de l’esclavage. L’homme vient d’assister impuissant au massacre des parents du jeune garçon par une bande d’esclaves noirs en fuite. Tiraillé entre ce père adoptif abolitionniste et le drame vécu par les siens, Louis finit par être enrôlé sous le drapeau confédéré, chargé de surveiller les soldats de l’Union retenus prisonniers dans le sinistre camp d’Andersonville en Géorgie. Parmi ces derniers, un grand Noir, tête haute, trouble particulièrement Louis au point de lui vouer un amour éternel. La découverte du corps sans vie, torturé, de ce jeune Noir marque à jamais l’esprit de Louis qui consacrera sa vie à venger celui dont il ignore même le nom…

Avec un scénario en béton qui vous prend aux tripes et un dessin somptueux, Deadline est un one-shot élégant et émouvant qui nous plonge dans les réalités sordides de la Guerre de Sécession.
A lire absolument !

ob_72346aa3605da1f29ed456c63320435d_1359-rot-jpg[1]
Vidéo

[CASES EN STOCK] – Come prima/Alfred

Share Button

[CASES EN STOCK] - Come prima/Alfred

Juillet 1958. Dix ans que Fabio n’avait pas revu son frère Giovanni. Et voilà qu’il est là, devant lui, avec dans les mains l’urne funéraire contenant les cendres de leur père. Si le cadet est venu chercher son aîné jusqu’en France, c’est pour lui proposer de faire ensemble le dernier voyage de leur paternel vers l’Italie. Si dans un premier temps Fabio refuse, les circonstances le font rapidement changer d’avis, ne serait-ce que pour récupérer sa part d’héritage…

Ainsi commence « Come prima », road movie intense et touchant. Au fil du trajet, de coups de gueule en fous rires, les deux frères réapprendront à se connaître. Et nous découvrirons par bribes, ce qui les unissait par le passé et les événements qui les ont séparés.

Alors, prenez la route avec ces deux là, invitez-vous au voyage, vous ne le regretterez pas !

ob_ac2f16_abymes-tome-1-cover-jpg[1]
État

[Cases en stock] – Abymes, tome 01

Share Button

Abymes, tome 01

Abymes, tome 01/scénario Valérie Mangin, dessin Griffo

« C’est ouvertement moi le personnage principal de ce roman !

Bon Dieu ! Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Je suis en train de lire le fait que je suis en train de lire ma propre biographie dans un feuilleton ! »

Paris, mai 1831. Pichot, directeur de la « Revue de Paris », demande d’interrompre la publication de « La Peau de chagrin » de Balzac pour la remplacer par un nouveau feuilleton qu’il considère comme fabuleux. Quelques jours plus tard, à Bayeux où il réside, Honoré de Balzac découvre la trahison. L’effet de surprise fait bientôt place à la fureur lorsque l’écrivain se rend compte qu’il est le héros de ce récit qui évoque des souvenirs intimes et compromettants que peu de personnes peuvent connaître. Pichot, qui refuse d’en interrompre la publication, lui apprend que l’auteur de ce déballage d’horreurs est un mystérieux visiteur nocturne…

La conclusion de cette histoire délirante, aux frontières du fantastique, surprendra plus d’un lecteur. Véritable jeu de miroir, la mise en abyme, dont le principe est de mêler un récit dans un autre récit, est ici parfaitement maîtrisée par Valérie Mangin. Le dessin virtuose de Griffo restitue quant à lui magnifiquement le Paris du 19e siècle.

Mise en bouche d’une trilogie prometteuse, en attendant un second épisode consacré au cinéaste Henri-Georges Clouzot et un troisième consacré à la scénariste de bd … Valérie Mangin herself !

ob_042e14_creve-saucisse-bd-volume-1-simple-45918-jpg[1]
État

[Cases en stock] – Crève saucisse /scénario Pascal Rabaté, dessin Simon Hureau

Share Button

Crève saucisse /scénario Pascal Rabaté, dessin Simon Hureau

« Quand on fait des cornes à un boucher, faut pas s’étonner de passer de l’état de client à celui de marchandise. »

Affable avec sa clientèle derrière son étal de boucher, Didier se défoule sur les carcasses à découper dans le frigo de l’arrière-boutique dès qu’il se retrouve seul et qu’il pense à sa femme. Celle-ci le trompe avec Eric, son meilleur ami. Didier aime sa femme, il souffre donc en silence feignant de tout ignorer, en gardant l’espoir de faire revenir la belle dans ses bras. Mais il cherche aussi à se venger et c’est dans une des bd qu’il affectionne qu’il va trouver la solution. C’est en effet une des aventures de Gil Jourdan, « la voiture immergée », créée par le grand Maurice Tillieux, qui va inspirer au héros son piège machiavélique lui permettant d’assouvir sa vengeance…

Au final une comédie noire, grinçante, parfaitement réussie avec un bel hommage à une série incontournable du 9e art que je vous invite à (re)lire !

ob_c2f4cb_un-peu-de-bois-et-d-acier-bd-volume-1-simple-427[1]

[CASES EN STOCK] – Un peu de bois et d’acier / Christophe Chabouté

Share Button
Un peu de bois et d'acier / Christophe Chabouté

Après ses remarquables et précédentes expérimentations graphiques et narratives (« Construire un feu », « Tout seul »), Christophe Chabouté nous revient avec un pavé de 300 pages totalement muettes où il nous démontre une fois de plus son exceptionnelle maîtrise du noir et blanc et son aisance à raconter une histoire.

Cette fois le héros du récit est un simple banc public où vient se frotter le derrière de tant d’anonymes… On y voit défiler toutes sortes de gens qui s’y arrêtent brièvement ou plus longtemps,ou qui y reviennent régulièrement : que ce soient des enfants, un couple de retraités partageant un gâteau, un cadre pressé, des joggeurs qui s’en servent pour leurs étirements, un guitariste y faisant la manche, un clochard aux prises avec un policier, des amoureux qui s’bécotent…

Au final un exercice de style tout à fait singulier et parfaitement réussi qui nous rappelle à quel point les petits événements du quotidien peuvent être beaux…

Un nouveau grand cru de Chabouté !

ob_536ae03d79ef48c6463f84f259a5e2d6_9782756032191-jpg[1]

[Cases en stock] – Fatale, tome 01 : la mort aux trousses / scénario Ed Brubaker, dessin Sean Phillips

Share Button

Fatale, tome 01 : la mort aux trousses / scénario Ed Brubaker, dessin Sean Phillips

Nicolas Lash est au cimetière pour rendre un dernier hommage à un ami de son père, l’écrivain de polars Dominic Raines. Une jeune femme prénommée Jo l’aborde, se présentant comme la petite fille d’un amour de jeunesse de Raines. Le soir même, Nicolas se rend chez le défunt et découvre un manuscrit antérieur à ses débuts d’écrivain, lorsque deux hommes font irruption dans la batisse. Jo réapparait arme à la main et abat un des cambrioleurs. Ils s’enfuient alors en voiture jusqu’à ce qu’un accident mette fin à la poursuite…

Après ce prologue contemporain haletant, retour dans les années 50 à San Francisco où l’on va découvrir la vie quelque peu mouvementée de Raines, alors journaliste ambitieux sur le point de dénoncer des connivences entre la police et la mafia.

Les auteurs Ed Brubaker et Sean Phillips collaborent depuis une dizaine d’années, toujours pour le meilleur (plongez-vous dans la série « Criminal », de l’excellent polar pur jus). Ici ils mêlent de façon pertinente polar des années 50 et fantastique gothique. Comme si Raymond Chandler et Lovecraft avaient eu un enfant…