11988425_621238968016172_1373821261167105520_n
Image

[JAADOSPHERE] – A Silent Voice de Yoshitoki Oima

Share Button

D11988425_621238968016172_1373821261167105520_nans ce shonen, on découvre les destins croisés de Shoko et Shoya, l’une est sourde, l’autre est prêt à tout pour se faire remarquer. Dès l’arrivée de Shoko, Shoya s’appuie sur son handicap pour se moquer d’elle et impressionner ses copains de classe. De la moquerie au harcèlement, il n’y a qu’un pas, c’est la répétition. La mère de Shoko décide de porter plainte, du statut de harceleur, shoya devient victime à son tour et perd ses alliés, une seule personne le protège…

Ce manga aborde le sujet du harcèlement scolaire sous plusieurs aspects : la nature du harcèlement, le positionnement des parents, la logique de groupe d’une classe, la psychologie de la victime et du harceleur. C’est aussi une leçon de courage et une belle histoire d’amitié.

Le harcèlement scolaire nous concerne tous et ce manga est une lecture pour tous, les jeunes, leurs parents et toutes personnes susceptibles de détecter un problème de harcèlement scolaire. Pour en savoir plus sur le sujet, consulter le site :
http://www.agircontreleharcelementalecole.gouv.fr/

le royaume des ronces

[Jaadosphère] : La Fille de braises et de ronces, Une trilogie de Rae Carson

Share Button

La Fille de braises et de ronces

La Fille de braises et de ronces

La Fille de braises et de ronces

Dans ce roman de Fantasy. Elisa, l’héroïne, est une princesse et une gardienne de la pierre sacrée. Le jour de ses 16 ans, elle est mariée à un homme qui en a 35. Elisa est une jeune fille qui a beaucoup de mal à trouver sa place, elle préfère grignoter dans les cuisines que d’être en représentation dans une cérémonie officielle. Mais elle devient reine et son rôle de gardienne la met devant de lourdes responsabilités. Elisa est une héroïne magnifique, pleine de courage et d’humanité, elle est combative et protectrice. Ses aventures la font grandir, alors que dans son royaume, les prémices de la guerre se font sentir. Les personnages de ce livre sont complexes, réalistes et le récit est très bien écrit. C’est une très agréable surprise.
ob_e9f835312d4f6045ca671d36fe7cd67c_9782221115701-jpg[1]

[La bib vous guide] – Paula Spencer / Roddy Doyle

Share Button

Quatrième de couverture :Paula Spencer / Roddy Doyle

À Dublin, le boom économique des années 2000 efface peu à peu les traces de la pauvreté. Dans sa petite maison, où vivent encore ses deux enfants, Leanne et Jack, Paula livre sa guerre personnelle à son propre passé. Elle vient de fêter ses quarante-huit ans et a décidé que ça suffisait ; elle ne laisserait plus l’alcool détruire sa vie. Depuis quatre mois et cinq jours – précisément -, elle ruse avec ce tueur à la fois séduisant et repoussant. Déployant mille stratégies pour l’abattre, elle mène une guérilla de tous les instants. Fascinés par son courage, enchantés par son piquant, nous partons avec elle à la reconquête du bonheur.

D’un sujet difficile, Roddy Doyle tire un roman d’une pétulance revigorante. Usant de cet humour décalé déjà à l’oeuvre dans la «trilogie de Barrytown», il crée avec Paula Spencer un personnage inoubliable, symbole d’une Irlande surmontant lentement les traumatismes de son histoire.

La bib nous guide :

Dans sa petite maison de Dublin, où elle vit avec ses deux adolescents, Paula Spencer livre un combat de tous les instants : contre l’alcool, la pauvreté, un passé malheureux. Pourtant, loin de tout misérabilisme, dans ce livre plein d’humour et de tendresse, Paula nous enchante par son énergie, sa façon de ne jamais baisser les bras, de faire toujours au mieux partout où elle se trouve.
C’est un très beau portrait de femme s’appuyant sur les petits bonheurs quotidiens, ne comptant que sur elle-même. Comme son pays en pleine mutation, l’Irlande, Paula affronte son passé douloureux pour se reconstruire peu à peu.

Sylvie

ob_97d7d59367dd1bfba0b474658595e5cb_74443591-gif

[La bib vous guide] – Les sacrifiés – Juliette Morillot

Share Button

 

Quatrième de couvertureLes sacrifiés - Juliette Morillot

Une mère en apparence parfaite, deux filles, un mari, un amant. Cinq vies marquées par le mensonge, la trahison, le meurtre.

États-Unis, août 1954. Un vieil homme se fait renverser par une voiture, mortellement blessé. Refusant la thèse de l’accident, ses deux filles se penchent sur le passé trouble de leur mère, Ethel Proudlock, une Anglaise de Malaisie britannique accusée autrefois du meurtre de son amant et condamnée à mort, avant d’être graciée par le sultan de Selangor. Cette quête vertigineuse de la vérité nous emmène des coulisses de la bonne société coloniale de l’empire des Indes à la côte Est des États-Unis dans les années cinquante. Se basant sur l’«affaire Proudlock», un fait-divers qui a défrayé la chronique en 1911 et inspiré Somerset Maugham, qui écrivit alors sa célèbre nouvelle La Lettre, l’auteur met à nu avec une modernité implacable les rouages de la manipulation féminine.

De non-dits en révélations effroyables, les personnages vont sombrer dans la folie et le lecteur, tour à tour séduit et trompé, comprendra dans un ultime rebondissement qu’il a été lui aussi pris dans les rets vénéneux d’Ethel, une femme amoureuse sublime dans toute sa splendeur et sa cruauté.

La bib vous guide :

Au début du XXe siècle,dans la société coloniale de la Malaisie britannique. Une anglaise est accusée du meurtre de son amant, et condamnée à mort. Graciée par le sultan local, elle peut rentrer libre en Europe et, plus tard, refaire sa vie aux Etats-Unis.

Dans les années 50, son mari décède, renversé par une voiture dans des circonstances troublantes. Retrouvant des papiers, ses deux filles se penchent sur le passé mystérieux de leur mère. A-t-elle une quelconque responsabilité dans ces deux morts ?
S’inspirant d’un fait divers réel, Juliette Morillot traite du mensonge, de la manipulation, de la trahison. De non-dits en révélations, nous restons happés jusqu’au bout par cette histoire époustouflante. Vertigineux et parfaitement maitrisé !

Sylvie

[La bib vous guide] – Le retour de Silas Jones / Tom Franklin

Share Button
Le retour de Silas Jones / Tom Franklin

Silas Jones, orphelin de père, vit avec sa mère dans des conditions difficiles. Il aime à passer du temps dans les bois et à s’entraîner au base-ball. Il aurait bien envie de jouer avec Larry Ott, qui a l’air bien sympa, mais Larry est blanc, et pour l’enfant noir qu’il est, dans le Mississippi des années 1970, un tel rapprochement n’est pas permis.

Quelques décennies plus tard, une adolescente disparaît et les deux hommes vont de nouveau être amenés à se croiser. Silas est devenu constable, tandis que Larry, accusé de la disparition d’une jeune fille mais non condamné – faute de preuves suffisantes – essaie tant bien que mal de rester debout face au harcèlement permanent d’une partie des habitants, qui font de lui le coupable tout désigné de cette nouvelle affaire du fait de son passé obscur.

Sylvie vous le recommande :

Vingt ans après les événements, Silas Jones revient sur les lieux de son enfance, marqués par la disparition mystérieuse d’une jeune fille. A l’époque, son meilleur ami, Larry, a été suspecté mais l’affaire n’a jamais été résolue. L’amitié entre Silas le noir et Larry le blanc, déjà mal vue de beaucoup d’habitants, n’a pas résisté à cette tragédie et au départ de Silas pour l’université.
Un nouveau meurtre les oblige à se côtoyer à nouveau. Larry est-il l’auteur des deux meurtres commis à vingt ans d’intervalle ? Silas, devenu policier, peut-il aider son ami ?
L’atmosphère est pesante dans ce roman construit sur des retours en arrière plongeant dans le passé des deux hommes. Nous sommes dans le sud rural, encore très marqué par le poids du passé ségrégationniste et ses vieux démons. Une histoire intense et captivante.

Sylvie

La tristesse des anges / Jon Kalman Stefanson – Gallimard, 2011

Share Button

Présentation de l’éditeur

«Maintenant, il feraiLa tristesse des anges / Jon Kalman Stefanson - Gallimard, 2011t bon dormir jusqu’à ce que les rêves deviennent un ciel, un ciel calme et sans vent où quelques plumes d’ange virevoltent doucement, où il n’y a rien que la félicité de celui qui vit dans l’ignorance de soi.»

Lorsque Jens le Postier arrive au village, gelé, il est accueilli par Helga et le gamin qui le détachent de sa monture avec laquelle il ne forme plus qu’un énorme glaçon. Sa prochaine tournée doit le mener vers les dangereux fjords du nord qu’il ne pourra affronter sans l’assistance d’un habitué des sorties en mer.

De son côté, le gamin poursuit sa découverte de la poésie et prend peu à peu conscience de son corps, des femmes, et de ses désirs. C’est lui qu’on envoie dans cet enfer blanc, «là où l’Islande prend fin pour laisser place à l’éternel hiver», y accompagner Jens dans son périple. Malgré leur différence d’âge, leurs caractères opposés, ils n’ont d’autre choix que de s’accrocher l’un à l’autre, s’accrocher à leurs amours éloignées, pour ne pas céder à l’impitoyable nature.

Avec une délicatesse poétique singulière, Jón Kalman Stefánsson nous plonge dans un nouveau parcours à travers les tempêtes islandaises. Au milieu de la neige et de la tentation de la mort, il parvient à faire naître une stupéfiante chaleur érotique, marie la douceur et l’extrême pour nous projeter, désarmés et éblouis, dans cette intense lumière qui «nous nourrit autant qu’elle nous torture».

Ce que nos lecteurs en pensent

Merveilleux voyage écrit dans une langue pure, simple et profonde. J’ai parcouru avec Jens et le gamin les landes enneigées islandaises. J’ai grelotté quand j’ai lu, accrochée à chaque mot, leur périple de jour et de nuit. Je voulais moi aussi que les sacoches de courrier arrivent à destination malgré le vent, la neige, les tempêtes, le froid et la fatigue.

Stefanson me fascine dans sa manière de nous happer dans cet univers impitoyable, si bien décrit, si réel et intense : une lutte entre les hommes.

Et c’est l’austérité de ces lieux qui met en lumière toute la chaleur humaine incroyablement érotique, et toute une solidarité qui se lit à chaque phrase. Un univers hostile mais des rencontres et des liens humains fabuleusement beaux.
Un roman qui marque les corps autant que les esprits et une traduction irréprochable. Sublime et poignant.

A lire !

ob_8d74ed27713ba099b4cb854fc5e70648_journalcorps-jpg[1]

[ PASSE A TON VOISIN] — Journal d’un corps – Daniel Pennac

Share Button

ob_8d74ed27713ba099b4cb854fc5e70648_journalcorps-jpgQuatrième de couverture

Mercredi 18 novembre 1936 Je veux écrire le journal de mon corps parce que tout le monde parle d’autre chose. (13 ans, 1 mois, 8 jours)

Jeudi 10 janvier 1974 Si je devais rendre ce journal public, je le destinerais d’abord aux femmes. En retour, j’aimerais lire le journal qu’une femme aurait tenu de son corps. Histoire de lever un coin du mystère. En quoi consiste le mystère ? En ceci par exemple qu’un homme ignore tout de ce que ressent une femme quant au volume et au poids de ses seins, et que les femmes ne savent rien de ce que ressentent les hommes quant à l’encombrement de leur sexe. (50 ans et 3 mois)

Lundi 26 juillet 2010 Nous sommes jusqu’au bout l’enfant de notre corps. Un enfant déconcerté. (86 ans, 9 mois, 16 jours)

De 13 à 87 ans, âge de sa mort, le narrateur a tenu le journal de son corps. Nous qui nous sentons parfois si seuls dans le nôtre nous découvrons peu à peu que ce jardin secret est un territoire commun. Tout ce que nous taisions est là, noir sur blanc, et ce qui nous faisait si peur devient souvent matière à rire.
Ce que nos lecteurs disent de ce roman

Sublime époustouflant

on attend ce même roman écrit par une femme