maudhuy4
Image

Il y a 400 ans à Arras :

Share Button

Il y a 400 ans à Arras : Robert Maudhuy imprime un manuel de correspondance.

Issu d’une famille arrageoise de caudreliers, son grand-père, Pierre Maudhuy était fondeur de cloches et de canons dans la première moitié du XVIe siècle, Robert Maudhuy voit probablement le jour dans les années 1560-1570. En 1592, il succède à son oncle, le libraire Claude de Buyens.

Son atelier et sa boutique se situent rue Vinocq (actuelle rue Jaques-Le-Caron, n° 1 sur le plan). Il prend comme enseigne et marque typographique la mention “Au nom de Jésus” , ce qui laisse penser qu’il a le soutien et la clientèle des jésuites, qui prennent la direction du collège d’Arras à partir de 1603. L’atelier de Maudhuy est le deuxième en importance après celui de son concurrent arrageois Guillaume de La Rivière, l’imprimeur le plus important d’Arras au XVIIe siècle. En 1624, Maudhuy absorbe l’imprimerie de François Bauduyn, devenu son gendre après avoir épousé sa fille Marie en 1614. Il meurt en juillet 1632 et est inhumé dans l’église Saint-Géry (n° 2 sur le plan), qui s’élevait sur l’emplacement de l’actuelle place des Etats d’Artois.

Arras à la fin du 16e siècle

Arras à la fin du 16e siècle

Détail du plan

Détail du plan

La période qui s’étend d’environ 1590 à 1630 reste la plus faste pour les imprimeurs arrageois d’avant la Révolution de 1789. Sur les 430 impressions parues aux XVIème et XVIIème siècles dans la ville, 320 le sont durant cette période. Malgré cela, la production typographique reste faible à cause de la proximité des ateliers de Douai et de Lille. Sous l’Ancien Régime, les imprimeurs-libraires des petites et moyennes villes sont entièrement dépendants de la clientèle locale (administrations, cours de justice, collèges et universités).

70 éditions issues de l’atelier de Robert Maudhuy sont répertoriées durant sa période d’activité, de 1592 à son décès. 36 d’entre elles sont conservées dans le service Patrimoine de la médiathèque d’Arras.

maudhuy2

Le Vray et parfait stille pour bien et briefvement disposer et escrire toutes sortes de lettres… paraît à Arras en 1616. L’auteur n’est pas connu mais l’ouvrage a déjà été édité à Paris l’année précédente par l’imprimeur-libraire Toussaint Du Bray.

Le commerce de livres entre la France et l’Artois n’est pas toujours facile, puisqu’Arras fait partie des Pays-Bas espagnols, administrés depuis Bruxelles par les archiducs Albert et Isabelle, gouverneurs de la province pour le compte du roi Philippe III d’Espagne.

Cela a donc conduit Robert Maudhuy à imprimer lui-même l’ouvrage plutôt que d’en faire venir des exemplaires de Paris.

Maudhuy3

Le Vray et parfait stille… renferme dans ses 320 pages, plus de 80 modèles de lettres, bien différents de nos manuels de correspondance actuels. Ces lettres émanent pour la plupart de Gentillhommes, Seigneurs, ou honnêtes hommes et traitent souvent de cas moraux ou sentimentaux plutôt que de problèmes administratifs.

Maudhuy1

La marque de Robert Maudhuy reprend les trois lettres IHS, traduisant et abrégeant le nom de Jésus d’après la langue grecque. Il y ajoute la croix et les trois clous de la Passion.