La Nativité
État

Le Mystère de la Passion

Share Button

Ces cinq miniatures sont extraites du « Mystère de la Passion », un manuscrit du XVe siècle, conservé dans les collections de la Médiathèque d’Arras.

L'Annonce aux bergers

L’Annonce aux bergers

02 la Nativité

La Nativité

03 l'adoration des bergers

L’Adoration des bergers

04 les rois mages suivent l'étoile

Les Rois Mages suivent l’étoile

05 l'adoration des rois mages

L’Adoration des Rois Mages

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage de près de mille pages contient deux pièces de théâtre en vers appartenant au genre littéraire des « Mystères ». « La Passion » et « La Vengeance de Notre Seigneur » retracent la vie et le martyre du Christ, et sont longues respectivement de 25000 et 14000 vers. Elles sont l’oeuvre d’Eustache Mercadé (mort vers 1440). La copie possédée par la Médiathèque d’Arras, date des années 1460-1470, et comporte 350 illustrations exécutées à la plume et au pinceau par quatre ou cinq artistes différents.

Auguste Coty (1887-1950)
État

Auguste Coty photographie Arras pendant l’hiver 1914-1915

Share Button

Originaire du Havre, Auguste Coty (1887-1950) rejoint le 136e régiment d’infanterie de Saint-Lô, à la déclaration de guerre en août 1914.

[L'auteur, Auguste Coty]

Auguste Coty (1887-1950)

C’est en qualité de médecin qu’il participe avec ses camarades normands à la défense de Blangy et du faubourg Saint-Sauveur d’Arras durant l’automne et l’hiver 1914-1915. Le régiment est ensuite engagé à Roclincourt au cours de l’offensive d’Artois de mai 1915.
Grâce à lui et à son appareil photo, nous possédons un témoignage visuel exceptionnel sur le quotidien des poilus au moment où le front se fige aux portes d’Arras.

 

 

A la porte du même P.S. brancard roulant à une roue inventé et crée par nos brancardiers. De g. à d. Tillaux, Turquatel, Lucas.

« A la porte du même P.S. brancard roulant à une roue inventé et crée par nos brancardiers.
De g. à d. Tillaux, Turquatel, Lucas.« 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses clichés pris souvent en première ligne, ce qui reste rare durant toute la Première Guerre mondiale, sont empreints d’une grande authenticité. Ils nous montrent les soldats mais aussi la ville d’Arras et ses faubourgs, au début d’un siège qui va durer quatre ans.

La Place de la Gare d'Arras à la fin de l'année 1914, album photographique d'Auguste Coty, planche 40.

La Place de la Gare d’Arras à la fin de l’année 1914, album photographique d’Auguste Coty, planche 40.

Auguste Coty sert comme médecin aide-major au 136e puis au 88e Régiment d’Infanterie, d’août 1914 à juillet 1919.
Croix de Guerre, titulaire de trois citations, deux fois blessé, il est fait chevalier de la Légion d’Honneur en 1923 avant de devenir Officier du même ordre en 1947, en raison de son dévouement comme médecin-chef de la Défense Passive de la ville du Havre entre 1940 et 1944.

Jeanne Gaston à sa porte, au numéro 14 de la Grand'Place d'Arras.
État

Jeanne René, la Madelon d’Arras.

Share Button

Lorsqu’en Août 1914, un certain Sioul, artiste de seconde catégorie, est mobilisé au 17e régiment d’artillerie, cantonné à Fontenay-sous-Bois. Il emporte dans son paquetage la partition de Quand Madelon que Charles Joseph Pasquier Bach avait créée sur la scène de l’Eldorado au début de la même année. Les camarades apprennent la chanson avec Sioul, puis la répandent dans d’autres régiments, d’autres casernements, les gares, les hôpitaux, etc. Après l’armée française, ce sont les civils qui finissent par connaître la chanson grâce aux poilus.

Quand Madelon :

« Pour le repos, le plaisir du militaire,
Il est là-bas à deux pas de la forêt
Une maison aux murs tout couverts de lierre
Aux vrais poilus c’est le nom du cabaret

La servante est jeune et gentille,
Légère comme un papillon.
Comme son vin son œil pétille,
Nous l’appelons la Madelon
Nous en rêvons la nuit, nous y pensons le jour,
Ce n’est que Madelon mais pour nous c’est l’amour. »

Vous pouvez entendre cette chanson populaire en cliquant sur le lien ci-dessous :

Quand Madelon , chanson créée par Bach en 1914

Une « Madelon » existe à Arras, au numéro 14 de la Grand Place exactement. Elle se prénomme Jeanne, Elle fait partie d’une fratrie de quatre enfants née de l’union de Gaston René, tireur de vin, et d’Angèle Lebas, cabaretière. La famille s’installe à cette adresse dès 1896, dont Gaston René est propriétaire depuis un an. Neuf ans plus tard, la maison familiale devient un estaminet, « Au fer à cheval doré ».

Jeanne Gaston à sa porte, au numéro 14 de la Grand'Place d'Arras.

Jeanne Gaston à sa porte, au numéro 14 de la Grand’Place d’Arras.

Jeanne n’est âgée que de 24 ans lorsque la guerre éclate. En octobre 1914, elle est blessée par un obus qui tue son père. Auguste Coty, médecin major du 136e régiment d’infanterie de Saint-Lô, est à Arras. Il témoigne:

Extrait de l'album photographique d'Auguste Coty, conservé à la Médiathèque.

Extrait de l’album photographique d’Auguste Coty, conservé à la Médiathèque.

Jeanne Gaston fut blessée en Octobre 14 par un obus qui tuait son père. Je la soignai, elle guérit et me paya de sourires… Et rien de plus… Mais cela comptait.

 

 

Voici le sourire de la jeune femme qu’Auguste Coty baptise « la Madelon » dans son album photographique.

Portrait de Jeanne René, album photographique d'Auguste Coty.

Portrait de Jeanne René, album photographique d’Auguste Coty.

Au lendemain de la Grande Guerre, l’estaminet sera tenu par la mère de Jeanne René jusqu’en 1939.

Pierre Cressonnier à Gauche
État

Pierre Cressonnier, clerc d’avoué arrageois dans la Grande Guerre (1861-?)

Share Button

À la veille du conflit, le clerc d’avoué Pierre Cressonnier travaille dans l’étude arrageoise de Gustave Tricart rue Chanzy. À partir de septembre 1914, il devient le dépositaire des titres et dossiers de l’étude, G. Tricart étant réfugié à Bellevue en Seine-et-Oise. Il veille alors sur les biens et les dossiers de son employeur à qui il rend compte très régulièrement par courrier.Lettre de Pierre Cressonnier du 21 octobre 1914

lettre de Pierre Cressonnier le 21 octobre 1914

lettre de Pierre Cressonnier. Arras, le 21 octobre 1914

 

Pierre Cressonnier à Gauche

Pierre Cressonnier à Gauche

Au travers des quelques 180 lettres conservées sur une durée de quatre ans, on peut suivre Pierre Cressonnier s’acquittant scrupuleusement de sa tâche. Si l’étude de Gustave Tricart est bombardée dès octobre 1914, P. Cressonnier continue de veiller sur les valeurs et titres enterrés dans le jardin, auxquels il fait de fréquentes et sibyllines allusions dans sa correspondance. Il rédige ses lettres la plupart du temps en deux parties : la première où il s’efforce de rassurer G. Tricart et sa famille sur le sort de leurs biens, et la seconde, où il tient un journal hebdomadaire des évènements survenus à Arras. Dans le même temps, Pierre Cressonnier est nommé greffier du tribunal d’Arras et auxiliaire du juge de paix en juillet 1915. Il ne quitte Arras qu’au moment de l’offensive allemande du printemps 1918. Au lendemain du conflit, c’est à Chaulnes qu’il officie en tant que juge de paix.

 

Capture
État

[Au fil de la toile] – ON A TOUJOURS BESOIN D’UN DICTIONNAIRE!

Share Button

“ Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres” (collection patrimoniale de la Médiathèque du Palais-Saint-Vaast)Capture

 

Qui n’a jamais eu besoin de savoir comment s’orthographie un mot, comment se conjugue un verbe ou tout simplement avoir une définition d’un mot?
Voici une liste non exhaustive d’outils en ligne qui peuvent vous rendre service:

 

  • Le Larousse est en ligne avec un dictionnaire de français, des dictionnaires bilingues, une encyclopédie, un forum pour discuter de question de la langue française, des jeux, un dictionnaire de cuisine, des dossiers thématiques.

 

  • Le dictionnaire visuel cible plutôt le visuel et s’adresse aussi aux enfants. Sous diverses rubriques (le dictionnaire, le corps humain, l’alimentation, la santé, des jeux et un blog), vous pourrez en savoir un peu plus!!!! Et pour compléter le tout, des applications mobiles sur l’App Store et Google Play vous permettront de toujours l’avoir sous la main!

 

  • Le dictionnaire est un dictionnaire avec une interface épurée qui vous amène à l’essentiel: un dictionnaire, un dictionnaire des citations, des synonymes, de la conjugaison, une traduction en ligne et bien d’autres! Vous pourrez aussi le mettre dans vos favoris pour ne plus jamais le perdre!!!

 

  • Word Reference est un ensemble de dictionnaires bilingues (anglais, espagnol, italien, allemand, grecque, roumain, arabe,etc…) qui vous aidera dans vos divers travaux de traduction. Des applications Android et IOS sont disponibles ainsi que des raccourcis à intégrer aux navigateurs Firefox et Chrome.

 

  • Le bescherelle se trouve aussi sur la toile. Grâce à lui la conjugaison n’aura plus aucun secret!!! Vous y trouverez aussi des jeux en lignes, des quiz juniors et pour tous, un rappel des règles de conjugaison.

 

  • Enfin si vous voulez en découvrir d’autres, faites un tour sur Les dictionnaires , l’annuaire des dictionnaires.

Bonnes recherches !!!!!

4d8c78854c890d253148d017ade96907_large[1]
Image

Jazz Corner – Décembre 2015

Share Button

C’est une découverte à la fois humaine et musicale que vous propose le jazz corner de la Médiathèque du Palais Saint-Vaast. En effet, lors du projet « Terril en la demeure » le 27/11/2015 à Noyelles-Godault, le combo de Couleurs Jazz, co-dirigé par Pierre Maucourant et Vincent Wimart, a eu l’immense joie de pouvoir partager un titre en compagnie de 2 grands jazzmen de la scène française : le saxophoniste Pierrick Pédron et le cornettiste-saxhorniste et  multivocaliste Médéric Collignon.
Notre jazz corner de décembre leur est donc dédié.

Pierrick Pédron, « Kubic’s Monk »

Le saxophoniste s’attaque – une fois n’est pas coutume – aux compositions du pianiste de jazz Thelonious Monk accompagné par Franck Agulhon à la batterie et Thomas Bramerie à la contrebasse, rejoints sur trois titres par le trompettiste Ambrose Akinmusire.
Jouer Monk sans pianiste pourrait apparaître comme une peine perdue, il n’en est rien : les arrangements de Pierrick Pédron et Vincent Artaud, son directeur artistique, suppléent les harmonies audacieuses du pianiste par un jeu rythmique précis extraordinairement efficace.

Pierrick Pédron, « Kubic’s Cure » (avec la présence de Médéric Collignon à la trompette)

Après le jazz du pianiste Monk, le saxophoniste Pierrick Pédron s’attaque au rock du guitariste et chanteur britannique Robert Smith, leader du célèbre groupe « The Cure ».
Il utilise la même formation que pour « Kubic’s Monk » (Franck Agulhon à la batterie et Thomas Bramerie à la contrebasse) et invite pour la « bonne cause » Médéric Collignon sur 2 titres.
Une véritable « Cure » de jouvence !

Couleurs Jazz vous conseille également :
Pierrick Pédron, « Omry »
« Jazz al dente », une compilation de jazz et de recettes italiennes à consommer sans modération… de pâtes !

Carnet de Jules Cronfalt, Arras du 8 au 10 décembre 1915
État

Jules Cronfalt, témoin de la Grande Guerre à Arras

Share Button

Préposé en chef de l’octroi d’Arras en 1914, Jules Cronfalt (1858-Carnet de guerre de Jules Cronfalt1928) demeure à son poste durant tout le conflit. Il va également consigner durant quatre ans sur des carnets et des cahiers d’économat, les événements qu’on lui rapporte ou dont il est le témoin.

 

Ses « notes journalières » sont souvent succinctes mais vont toujours à l’essentiel, sans jamais s’appesantir sur sa situation personnelle ou son activité au service de la commune.

Carnet de Jules Cronfalt, Arras du 8 au 10 décembre 1915

La conduite de Jules Cronfalt lui vaut une citation civile dont sont extraites les lignes suivantes :  « Resté à son poste durant tout la durée du siège d’Arras… n’a jamais cessé de sauvegarder, sous les obus allemands les intérêts du Trésor en même temps que ceux de la Ville. Grâce à ses efforts, a pu procurer à la Ville le seul revenu encore susceptible d’alimenter la caisse municipale ».

En 1920, il reçoit en récompense des ses services la Légion d’Honneur, des mains d’Eugène Minelle, ancien maire d’Arras.