ob_657e0f_rl10-suites-imperiales-jpg[1]

Suite(s) impériale(s) /Bret Easton Ellis. – Laffont, 2010

Share Button

ob_657e0f_rl10-suites-imperiales-jpgNote de l’éditeur

Clay, l’anti-héros du premier best-seller de Ellis, Moins que zéro, revient à Los Angeles. Il a vingt ans de plus, il est un peu plus vieux, un peu plus seul et désoeuvré. Il retrouve ceux qu’il a connus dans sa jeunesse, Blair, Trent, Julian, Rip… les représentants d’une génération dorée et perdue, abandonnés à la vacuité, la solitude et la vanité qui les détruisent. Producteur associé à l’adaptation cinématographique de son dernier scénario, Clay participe au casting du film, joue de son pouvoir, séduit Rain, une jeune actrice sublime et sans talent, lui fait de fausses promesses. Il est prêt à tout pour la posséder. Mais qui manipule qui ? Clay découvre vite qu’il est constamment observé et suivi…Jalousie, trahisons, meurtres, manipulations… ici, dans la Cité des Anges, chacun se heurte aux mêmes jeux d’emprise et aux mêmes démons, s’enivre de sexe, d’images, de drogues, de fêtes irréelles… et se révèle toujours plus amer et désespéré. Le vide et la fureur aspirent les personnages, et leur font perdre tout sens des limites. On est saisi par la virtuosité du style sobre et acéré, les chapitres courts donnent à la narration un rythme percutant. L’atmosphère est oppressante, la noirceur non dépourvue d’humour. L’angoisse et la tension croissantes annoncent une lente descente aux enfers. Le portrait de notre époque est aussi violent que subversif.

Ce que nos lecteurs en pensent

Je vous l’avoue tout de suite, je n’ai pas lu « Moins que zéro » ce qui ne m’a pas empêché de lire sa suite.
On y fait la connaissance de Clay, scénariste pour Hollywood, revenu à L.A. pour les fêtes de fin d’année et pour le casting de son dernier film.
On y découvre un monde superficiel où seules la jeunesse des corps et l’apparence ont de l’importance, où on est prêt à tout pour devenir célèbre. On est prêt à tout oui, même à s’embarquer dans une trouble affaire de prostitution, de meurtre mêlé de près (ou de loin ?) au réseau de Call-Girls ou du cinéma, on ne sais pas, on ne sait plus…
Personnages troublants et troublés, scénario (car c’est bien de cela que nous gratifie Bret Easton Ellis) Bien ficelé, montage virtuose. L’intrigue s’épaissit au fil des pages et Bret Easton Ellis parvient à nous tenir en haleine.

ob_e9f835312d4f6045ca671d36fe7cd67c_9782221115701-jpg[1]

[La bib vous guide] – Paula Spencer / Roddy Doyle

Share Button

Quatrième de couverture :Paula Spencer / Roddy Doyle

À Dublin, le boom économique des années 2000 efface peu à peu les traces de la pauvreté. Dans sa petite maison, où vivent encore ses deux enfants, Leanne et Jack, Paula livre sa guerre personnelle à son propre passé. Elle vient de fêter ses quarante-huit ans et a décidé que ça suffisait ; elle ne laisserait plus l’alcool détruire sa vie. Depuis quatre mois et cinq jours – précisément -, elle ruse avec ce tueur à la fois séduisant et repoussant. Déployant mille stratégies pour l’abattre, elle mène une guérilla de tous les instants. Fascinés par son courage, enchantés par son piquant, nous partons avec elle à la reconquête du bonheur.

D’un sujet difficile, Roddy Doyle tire un roman d’une pétulance revigorante. Usant de cet humour décalé déjà à l’oeuvre dans la «trilogie de Barrytown», il crée avec Paula Spencer un personnage inoubliable, symbole d’une Irlande surmontant lentement les traumatismes de son histoire.

La bib nous guide :

Dans sa petite maison de Dublin, où elle vit avec ses deux adolescents, Paula Spencer livre un combat de tous les instants : contre l’alcool, la pauvreté, un passé malheureux. Pourtant, loin de tout misérabilisme, dans ce livre plein d’humour et de tendresse, Paula nous enchante par son énergie, sa façon de ne jamais baisser les bras, de faire toujours au mieux partout où elle se trouve.
C’est un très beau portrait de femme s’appuyant sur les petits bonheurs quotidiens, ne comptant que sur elle-même. Comme son pays en pleine mutation, l’Irlande, Paula affronte son passé douloureux pour se reconstruire peu à peu.

Sylvie

Au cinéma mais pas que !!!!

Share Button

Le cinéma vous propose ces jours-ci des adaptations de romans : Thérèse Desqueyroux, Anna Karenine, Les Hauts-de-Hurlevent, L’odyssée de Pi. Profitez de l’occasion pour les relire ou les découvrir.

*Thérèse DesqueyrAu cinéma mais pas que !!!!oux de François Mauriac :

Pour éviter le scandale et protéger les intérêts de sa fille, Bernard Desqueyroux, que sa femme a tenté d’empoisonner, témoigne de telle sorte qu’elle bénéficie d’un non-lieu. Enfermée dans sa chambre, Thérèse tombe dans une telle prostration que son mari ne sait plus quelle décision prendre. Doit-il lui rendre sa liberté ? Un fascinant portrait de criminelle, un roman envoûtant.

Ce livre est présent à la Médiathèque
de l'abbaye Saint Vaast en Section adulte
au 1er étage dans la salle de documentation scolaire
sous la cote 800 MAU

*

Au cinéma mais pas que !!!!

Anna Karenine de Léon Tolstoï :

« Chaque fois que Vronski lui adressait la parole, un éclair passait dans les yeux d’Anna, un sourire entrouvrait ses lèvres. Et si désireuse qu’elle parut de la refouler, son allégresse éclatait en signes manifestes. Et lui ? pensa Kitty. Elle le regarda et fut épouvantée, car le visag

e de Vronski reflétait comme un miroir l’exaltation qu’elle venait de lire sur celui d’Anna ». Une histoire d’amour superbe et tragique.

Au cinéma mais pas que !!!!

*Les Hauts-de-Hurlevent d’Emily Brontë :

Une famille vivait heureuse sur des terres balayées par les vents du nord. M. Earnshaw avait adopté et aimé le jeune Heathcliff. Mais ses enfants l’ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, il prépare une vengeance diabolique, s’appropriant la fortune de la famille. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu’à ce que la fille de Catherine aime à son tour un être misérable et fruste.

Au cinéma mais pas que !!!!

*L’histoire de Pi de Yann Martel (au ciné, l’odyssée de Pi) :

Le héros, « Pi » Patel, un jeune indien de Pondichéry, est le seul survivant d’un naufrage, et va traverser l’océan Pacifique dans un canot de sauvetage, pendant 227 jours, en compagnie d’un tigre du Bengale. Il explore donc dès l’enfance les questions sur la spiritualité et le sens pratique. Roman récompensé par de nombreux prix littéraires.

Ce livre est disponible à la Médiathèque de l'abbaye Saint Vaast
dans la Section adulte au 1er étage dans la salle principale
sous la cote R MAR
ob_97d7d59367dd1bfba0b474658595e5cb_74443591-gif

[La bib vous guide] – Les sacrifiés – Juliette Morillot

Share Button

 

Quatrième de couvertureLes sacrifiés - Juliette Morillot

Une mère en apparence parfaite, deux filles, un mari, un amant. Cinq vies marquées par le mensonge, la trahison, le meurtre.

États-Unis, août 1954. Un vieil homme se fait renverser par une voiture, mortellement blessé. Refusant la thèse de l’accident, ses deux filles se penchent sur le passé trouble de leur mère, Ethel Proudlock, une Anglaise de Malaisie britannique accusée autrefois du meurtre de son amant et condamnée à mort, avant d’être graciée par le sultan de Selangor. Cette quête vertigineuse de la vérité nous emmène des coulisses de la bonne société coloniale de l’empire des Indes à la côte Est des États-Unis dans les années cinquante. Se basant sur l’«affaire Proudlock», un fait-divers qui a défrayé la chronique en 1911 et inspiré Somerset Maugham, qui écrivit alors sa célèbre nouvelle La Lettre, l’auteur met à nu avec une modernité implacable les rouages de la manipulation féminine.

De non-dits en révélations effroyables, les personnages vont sombrer dans la folie et le lecteur, tour à tour séduit et trompé, comprendra dans un ultime rebondissement qu’il a été lui aussi pris dans les rets vénéneux d’Ethel, une femme amoureuse sublime dans toute sa splendeur et sa cruauté.

La bib vous guide :

Au début du XXe siècle,dans la société coloniale de la Malaisie britannique. Une anglaise est accusée du meurtre de son amant, et condamnée à mort. Graciée par le sultan local, elle peut rentrer libre en Europe et, plus tard, refaire sa vie aux Etats-Unis.

Dans les années 50, son mari décède, renversé par une voiture dans des circonstances troublantes. Retrouvant des papiers, ses deux filles se penchent sur le passé mystérieux de leur mère. A-t-elle une quelconque responsabilité dans ces deux morts ?
S’inspirant d’un fait divers réel, Juliette Morillot traite du mensonge, de la manipulation, de la trahison. De non-dits en révélations, nous restons happés jusqu’au bout par cette histoire époustouflante. Vertigineux et parfaitement maitrisé !

Sylvie

[La bib vous guide] – Le retour de Silas Jones / Tom Franklin

Share Button
Le retour de Silas Jones / Tom Franklin

Silas Jones, orphelin de père, vit avec sa mère dans des conditions difficiles. Il aime à passer du temps dans les bois et à s’entraîner au base-ball. Il aurait bien envie de jouer avec Larry Ott, qui a l’air bien sympa, mais Larry est blanc, et pour l’enfant noir qu’il est, dans le Mississippi des années 1970, un tel rapprochement n’est pas permis.

Quelques décennies plus tard, une adolescente disparaît et les deux hommes vont de nouveau être amenés à se croiser. Silas est devenu constable, tandis que Larry, accusé de la disparition d’une jeune fille mais non condamné – faute de preuves suffisantes – essaie tant bien que mal de rester debout face au harcèlement permanent d’une partie des habitants, qui font de lui le coupable tout désigné de cette nouvelle affaire du fait de son passé obscur.

Sylvie vous le recommande :

Vingt ans après les événements, Silas Jones revient sur les lieux de son enfance, marqués par la disparition mystérieuse d’une jeune fille. A l’époque, son meilleur ami, Larry, a été suspecté mais l’affaire n’a jamais été résolue. L’amitié entre Silas le noir et Larry le blanc, déjà mal vue de beaucoup d’habitants, n’a pas résisté à cette tragédie et au départ de Silas pour l’université.
Un nouveau meurtre les oblige à se côtoyer à nouveau. Larry est-il l’auteur des deux meurtres commis à vingt ans d’intervalle ? Silas, devenu policier, peut-il aider son ami ?
L’atmosphère est pesante dans ce roman construit sur des retours en arrière plongeant dans le passé des deux hommes. Nous sommes dans le sud rural, encore très marqué par le poids du passé ségrégationniste et ses vieux démons. Une histoire intense et captivante.

Sylvie

[CD’Poke] – Sandrine Piau : Le triomphe de l’amour

Share Button

Sandrine Piau : Le triomphe de l’amour

Pour son 10ème album solo chez Naïve (et 10 ans de collaboration !), Sandrine Piau nous invite à un voyage au coeur de l’opéra français, répertoire dans lequel elle excelle. Avec son complice de toujours Jérôme Corréas, elle a conçu un programme qui mêle tubes du répertoire baroque (Rameau, Lully) aux airs de Grétry ou Sacchini, rarement enregistrés.

[spotify id= »spotify:album:5z8FnVa0AMEbja4aY6ShUX » width= »300″ height= »380″ /]

La tristesse des anges / Jon Kalman Stefanson – Gallimard, 2011

Share Button

Présentation de l’éditeur

«Maintenant, il feraiLa tristesse des anges / Jon Kalman Stefanson - Gallimard, 2011t bon dormir jusqu’à ce que les rêves deviennent un ciel, un ciel calme et sans vent où quelques plumes d’ange virevoltent doucement, où il n’y a rien que la félicité de celui qui vit dans l’ignorance de soi.»

Lorsque Jens le Postier arrive au village, gelé, il est accueilli par Helga et le gamin qui le détachent de sa monture avec laquelle il ne forme plus qu’un énorme glaçon. Sa prochaine tournée doit le mener vers les dangereux fjords du nord qu’il ne pourra affronter sans l’assistance d’un habitué des sorties en mer.

De son côté, le gamin poursuit sa découverte de la poésie et prend peu à peu conscience de son corps, des femmes, et de ses désirs. C’est lui qu’on envoie dans cet enfer blanc, «là où l’Islande prend fin pour laisser place à l’éternel hiver», y accompagner Jens dans son périple. Malgré leur différence d’âge, leurs caractères opposés, ils n’ont d’autre choix que de s’accrocher l’un à l’autre, s’accrocher à leurs amours éloignées, pour ne pas céder à l’impitoyable nature.

Avec une délicatesse poétique singulière, Jón Kalman Stefánsson nous plonge dans un nouveau parcours à travers les tempêtes islandaises. Au milieu de la neige et de la tentation de la mort, il parvient à faire naître une stupéfiante chaleur érotique, marie la douceur et l’extrême pour nous projeter, désarmés et éblouis, dans cette intense lumière qui «nous nourrit autant qu’elle nous torture».

Ce que nos lecteurs en pensent

Merveilleux voyage écrit dans une langue pure, simple et profonde. J’ai parcouru avec Jens et le gamin les landes enneigées islandaises. J’ai grelotté quand j’ai lu, accrochée à chaque mot, leur périple de jour et de nuit. Je voulais moi aussi que les sacoches de courrier arrivent à destination malgré le vent, la neige, les tempêtes, le froid et la fatigue.

Stefanson me fascine dans sa manière de nous happer dans cet univers impitoyable, si bien décrit, si réel et intense : une lutte entre les hommes.

Et c’est l’austérité de ces lieux qui met en lumière toute la chaleur humaine incroyablement érotique, et toute une solidarité qui se lit à chaque phrase. Un univers hostile mais des rencontres et des liens humains fabuleusement beaux.
Un roman qui marque les corps autant que les esprits et une traduction irréprochable. Sublime et poignant.

A lire !

ob_9f7a32ac6d12cc99afa5cea68089ee1b_msf2013-heroplayer-jpg

Playlist du main Square Festival 2013

Share Button

Playlist du main Square Festival 2013

Le Main Square Festival 2013 est organisé comme chaque année à Arras à la citadelle et les premiers noms sont connus depuis ce lundi 10 décembre 2012.

C’est officiel Indochine fera partie des têtes d’affiches pour cette nouvelle édition, Green Day sera du voyage également pour nous chanter des anciens titres et nous faire partager leur « triple Album » de cette année et bravo à Live Nations le plus impressionnant à mon avis. Sting enchantera une soirée à Arras.

Un rêve de gosse qui va probablement se réaliser…

pour vous faire patienter, la médiathèque met à votre disposition une playlist.

D’autres Groupe viendront s’ajouter à cette liste. La playlist grandira en conséquance.

[spotify id= »spotify:user:poumapi:playlist:0MToJ1bpMf7yqOrzA4cwLL » width= »300″ height= »380″ /]

bernard-001-350x306

[CD’Poke] – Michèle Bernard : Sens dessus dessous

Share Button

bernard-001-350x306Coup de coeur de l’Académie Charles Cros

« Rencontres, projets de spectacles, commandes d’écriture… Depuis quelques années Michèle Bernard mène des incursions de plus en plus fréquentes dans le milieu scolaire. Ses « Maria Szusanna » et « Nomade » y sont désormais de grands classiques. Sa discographie s’est naturellement enrichie de CD pour jeune public. Ce nouvel opus est la recréation en studio de la magie du spectacle du Théâtre Antoine Vitez d’Ivry sur scène en février 2012″ (Michel Kemper)

Le Spectacle « SENS DESSUS DESSOUS » a obtenu le GRAND PRIX MUSIQUE JEUNE PUBLIC ADAMI 2013.

Il sera programmé lors du festival « Faites de la chanson » à Arras en juin prochain.

On en a de la chance !

[spotify id= »spotify:album:06hC4PlR7AzzMqWWvIrh5H » width= »300″ height= »380″ /]

Sélection « Faites de la chanson » Arras 2013.